Marie-​Agnès, courtepointière​

  • Pétition : La vignette Stick’air ou la dernière filouterie du Conseil d’Etat

    logo pétition stickair2.png

    Imaginons que vous payiez votre ticket pour voyager en train mais qu’au moment du départ, vous ne puissiez pas le prendre parce que votre ticket est, par exemple, de couleur orange, et que les CFF ont décidé d’interdire à tous les voyageurs muni d’un ticket orange l’accès à leurs trains ce jour-là, sans pour autant rembourser ce même ticket. Cela serait impensable ! Et pourtant, cette pratique est possible à Genève. En effet, le Conseil d’Etat poursuit sa politique anti-voiture en interdisant aux véhicules les plus polluants de circuler durant les jours de pic de pollution. Chaque jour d’interdiction est un jour de perdu pour celui ou celle qui s’est acquitté(e) de son impôt sur les véhicules. Ceux-ci ont payé pour circuler librement 365 jours par année.

    Cette pétition dénonce cette filouterie ! Le Conseil d’Etat ne rembourse pas les jours d’interdiction ni ne dédommage les citoyens, pourtant en règle avec cet impôt. Ceux-ci sont pour la plupart issus de la classe moyenne et n’ont pas les moyens d’acheter une voiture plus récente ou d’utiliser d’autres moyens de locomotion. Nous demandons au Grand Conseil de corriger l’impôt sur les véhicules pour dédommager à hauteur de dix francs par jour d’interdiction de circuler, les propriétaires de véhicules pénalisés. Cette somme correspond à un billet journalier des TPG.

    Pour télécharger et signer la pétition "Vignette Stick’air ou la dernière filouterie du Conseil d’Etat": Appuyez ici!

    Pour aimer la page FB et suivre l'actualité de cette pétition: Appuyez ici!

  • Pas de chichi !

    Bandeau-FB1-version-Keller.png

    Pas de chichi ! Cette expression familière, que l’on s’autorise plus volontiers entre amis, correspond bien à ma façon d’appréhender la politique. J’aime le contact facile, la discussion franche et l’échange d’idées décomplexé. Sans chichi. Je veux défendre les projets qui me tiennent à cœur, dans une simplicité constructive. Sans chichi. Ne dit-on pas que les simagrées sont bonnes pour cacher une certaine médiocrité ou un manque de confiance en soi ?

    Cette campagne je la veux sans artifice, au plus près des électeurs, quelque soit leur condition, leur revenu, leur croyance. Tant que cela sera possible. Cela s’appelle la liberté. Elle conduit à la souveraineté populaire. Et à l’indépendance d’esprit. En Suisse, n’importe quel élu est proche des citoyens, disponible, à une poignée de main. Je ne ferai pas exception, sans chichi.

     

  • C’est quoi être Suisse ?

    On me demande souvent, avec une pointe de dédain, finalement, c'est quoi être Suisse? Poser la question, c’est au mieux une provocation, au pire une manifestation de son mépris pour son pays.
     
    Mais bon, puisque la question est posée, donnons notre réponse. Être Suisse, c’est vivre dans un pays dans lequel on parle quatre langues, dans lequel cohabite vingt-six cantons, qui partage une histoire riche et surtout, ce qui nous différencie de bien des pays, survit une véritable démocratie directe. Pas de roi, ni de reine, pas de dictateur, ni de président indétrônable. La Suisse n'aime pas la vénération de l'individu. Les femmes et les hommes, quelque soit leur condition, qui font progresser la Suisse y sont admirés mais jamais adorés.
     
    La Suisse est un pays multi-facettes et pourtant elle fonctionne infiniment mieux que ses voisins. Cela peut surprendre mais le secret d’une Suisse prospère, c'est, comme cité plus haut, notre démocratie directe et notre fédéralisme, bien que celui-ci soit de plus en plus mise à mal par Berne. Seuls maîtres de nos destins, nous décidons pour nous et nos descendants. Le mythe de Guillaume Tell révèle bien l'esprit suisse. Nous avons su préserver nos spécificités cantonales tout en restant uni pour former un pays unique au monde.
     
    En ce 1er août, je propose la réponse suivante à l’homme moderne, déboussolé, ignorant et décadent, qui se demande ce qu’est « être Suisse » en 2019 : Être Suisse, c’est donner encore plus que ce que la Suisse nous a offert : une terre de paix, un État de droit, un toit, une éducation, un système de santé, un filet social, un avenir, la liberté de circuler, de penser, de s’exprimer, de prier ! Peu de pays peuvent se venter d'offrir autant à ses citoyens. A nous tous de lui rendre la pareil.

    Stammbaum-der-Eidgenossenschaft.jpg